Le Cameroun abritera demain le Sommet de la CEMAC

Faustin Archange Touadera,Président de Centrafrique

Faustin Archange Touadera,Président de Centrafrique

Vendredi 23 décembre 2016, les Chefs d’Etat de la Communauté Economique et Monetaire des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC) seront à Yaoundé pour participer au Sommet sur l’institution Sous-régionale.

La 13e Session de la Conférence des Chefs d’Etat de la Sous-région se tiendra à Yaoundé. L’ordre du jour de cette rencontre des Présidents de l’Afrique centrale n’a pas été publié. Sinon, des observateurs estiment que les Présidents débattront certainement sur l’Acte additionnel relatif à la liberté de circulation dans cette partie de l’Afrique. Car, le Gabon et la Guinée Equatoriale exigent toujours le visa à quiconque voudrait entrer sur leur territoire.

Il sera sûrement l’opportunité de rappeler les participants à honorer leurs promesses de soutenir financièrement le Cameroun et le Tchad qui combattent Boko-Haram.

Le Président centrafricain, Faustin Archange Touadera sera à Yaoundé demain. Son Ministre des Affaires Etrangères, Charles Armel Doubane est déjà au Cameroun.

Fleury Agou

Centrafrique : Un cadre de règlement pacifique de conflits pour les commerçants de l’abattoir de Bangui

ob_c90aeb_paix-centrafriqueLes récents évènements à Bangui et à l’intérieur du pays ont mis en péril la cohésion sociale et le règlement pacifique des conflits dans certaines zones de la ville. Ces évènements, imprévisibles, ont été, parfois, de nature à empiéter sur la relance économique.

L’abattoir de Bangui (SEGA), qui se situe dans le sixième arrondissement de la capitale, en est une illustration. Autour du bâtiment se sont développées des activités connexes au point d’en faire un point commercial où se mélangent des marchands, toutes catégories confondues, et des éleveurs de toutes les confessions. Une proximité qui souvent génère des tensions intercommunautaires. Et, à bien des égards, cela paralyse la bonne marche des activités et la tenue du marché, avec entre autres conséquence la pénurie de viande dans la capitale.

La MINUSCA, pour pallier ce problème et promouvoir la bonne cohabitation entre ces différentes catégories de populations, a organisé conjointement avec l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), un atelier de sensibilisation sur la cohésion sociale et le règlement pacifique des conflits. Ainsi, du 11 au 12 décembre 2016, les autorités municipales du sixième arrondissement et les acteurs économiques  de ladite localité se sont retrouvés pour discuter autour des questions du vivre-ensemble.

Le but de cet atelier, comme le souligne Paulin Kakule, expert en résilience communautaire à la FAO, est « de créer un cadre de règlement pacifique de conflit et surtout de faire l’encadrement des leaders communautaires à endiguer les actions qui résultent souvent aux violences communautaires ».

Un acquis que l’éleveur Moustapha Daouda, un des participants à l’atelier, n’a pas hésité de saluer : «Il était plus que temps de créer un espace pour que toutes les communautés puissent prévenir ensemble les violences. Nous avions besoin de cet espace de concertation et surtout d’encadrement». D’autres participants se sont montrés satisfaits des enseignements  et reçus, s’étant par ailleurs engagés à « assumer nos nouvelles responsabilités, sensibiliser la population pour la préservation notre acquis qui est le développement des activités commerciales dans la zone ». Plus encore, ils se disent prêts à reprendre les activités commerciales qui, depuis la disparition d’un groupe d’éleveurs peulhs aux alentours de l’abattoir, ont fonctionné au ralenti.

minusca.unmissions.org

Centrafrique – Football : Moussa Limane pourrait intégrer l’Esperance de Tunis

MOUSSA LIMANEL’attaquant centrafricain Moussa Limane évoluant en D2 Kazakh serait courtisé par l’Espérance Sportive de Tunis.

L’international Moussa Limane, joueur du FC Kaspyi (Kazakhstan) serait en pourparlers avec le club tunisien de l’Espérance Sportive de Tunis pour le Mercato d’hiver, a rapporté le site www.kawarji.com.

Le recrutement du centrafricain est subordonné par  » le départ de quelques éléments de la formation Sang et Or au prochain mercato, et surtout celui de Bernard Bulbwa « , a souligné le journal en ligne. Actuellement en vacances à Bangui, le joueur n’a pas encore confirmé cette information.

Moussa Limane est le joker de la sélection centrafricaine qui a brillé pendant les éliminatoires de la CAN 2017. Dans un Centrafrique en guerre, le joueur ne cesse pas de s’investir pour la paix dans ce pays en multipliant des gestes en faveur de la cohésion sociale. Agé de 24 ans, il avait évolué au club soudanais d’Al Ahly Shendy.

Fleury Agou

 

Les vrais faux passeports Centrafricains refont surface au Kazakhstan

abliazov

Abliazov

Le nouvel épisode du feuilleton concernant l’ ancien oligarque kazakh Moukhtar Abliazov, arrêté le 13 juillet 2013 sur la Côted’Azur, avec l’annulation par le Conseil d’État de son décret d’ extradition, remet en lumière l’ énorme trafic de passeports centrafricains.

Bozizé, le retour

Lors de son arrestation, Abliazov etait en possession d’un passeport diplomatique centrafricain, accordé par le président Bozizé. Le général- président et quelque membres de son clan avait diversifié leurs revenus en vendant, pour quelques milliers d’euros, des centaines de passeports diplomatiques et des milliers de passeports ordinaires.

De nombreux Libanais, des Libyens, des Soudanais, des Sahéliens et des spécialistes douteux de l’import-export avec l’Afrique ont ainsi été pourvus du passeport diplomatique centrafricain.

Un ami de Claude Guéant

Un Français, Laurent Foucher, à été l’un des bénéficiaires de ces faux passeports.  Cet homme d’affaires, actif dans les secteurs des mines, du pétrole et des télécoms en Afrique, est un proche de Claude Guéant, l’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, devenu avocat. Mettant son jet privé à sa disposition, Laurent Foucher l’avait accompagné à Bangui en juin 2013, en compagnie d’entrepreneurs français.

Catherine Samba-Panza, l’ancienne présidente, en avait fait le chef de la mission diplomatique centrafricaine à Genève.A la tête d’une multitude de sociétés, notamment Neil Finances et Services, Neil Petroleum, Neil Telecom, et notamment Neil Consulting SA, domiciliée sur la prestigieuse rue du Mont-Blanc à Genève, Laurent Foucher entretient des relations suivies avec deux dissidents kazakhs. Viktor Khrapounov, l’ancien maire d’Alma-Ata, établi à Genève avec sa famille depuis sa brouille en 2007 avec le président Noursoultan Nazarbaïev. Sa fortune est estimée à près de 300 millions d’euros. Et surtout Moukhtar Ablyazov, ancien ministre de l’Energie, et ancien patron de la banque BTA.

Avec la montée en puissance du terrorisme djihadiste en Europe et les trafics impunis de diamants et d’armes légères venant de Centrafrique, ces vrais-faux passeports dans la nature montrent à quel point la disparition de l’État de droit en Centrafrique menace insidieusement les vrais États, en Afrique et en Europe. Pendant ce temps là, à Bangui la préoccupation est de rassurer les bailleurs en créant des comités ad hoc pour « assurer une bonne absorption  » des financements externes….

Nul doute qu’avec les mêmes dirigeants que sous Bozize , ces crédits seront bien « absorbés ».

mondafrique.com

Le Congo et l’Angola préoccupés par l’insécurité persistante de la Centrafrique

EMEUTE A LA MAISON D'ARRET DE NGARAGBA

Le ministre congolais des Affaires étrangères de la Coopération, Jean Claude Gokosso, et son homologue angolais, Georges Chikoti, ont fait part de leur vive préoccupation au sujet de l’insécurité persistante en Centrafrique, en dépit du déroulement pacifique de l’élection présidentielle dans ce pays.

Les deux ministres s’exprimaient lors d’une séance de travail tenue mercredi à Brazzaville sur les
questions d’intérêt sous régional et régional.

« Nous sommes obligés d’échanger sur le problème de la Centrafrique. Ce pays frère se trouve dans un état d’insécurité et d’instabilité depuis des décennies. Face à cette tragédie qui persiste, si nous ne coalisons pas nos efforts et nos actions pour aider ce pays frère, il va sombrer dans l’abime», a notamment déclaré Jean Claude Gakosso.

Pour sa part, le ministre angolais des Relations extérieures, Georges Chikoti, tout en soulignant que les chefs d’Etat du Congo et de l’Angola contribuent ensemble pour régler la majorité des problèmes sur le continent africain, a insisté sur l’opportunité qu’il a eue de discuter avec son homologue congolais.

En dehors du continent, les deux ministres ont passé en
revue l’excellente relation bilatérale entre les deux pays, liés par l’histoire et par le sang au regard des actions qui a toujours jalonné leur parcours.

APA

Le Centrafrique dispose dorénavant d’un Code de Commerce

Mercredi 14 décembre 2016, à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, les Députés ont adopté le Code de Commerce.

Depuis que la République Centrafricaine a accédé à la souveraineté internationale, le pays ne disposait pas de Code de Commerce. Plus d’un demi-siècle après, les nouvelles autorités ont jugé nécessaire de rattraper ce retard.

Profitant de la Session sur le vote de la Loi de Finances 2017, les Elus du peuple ont examiné le Rapport de la Commission Production, Environnement, Ressources Naturelles et Développement Durable, présenté par le Rapporteur de la dite Commission, l’Honorable Jean-Paul Bervy Service-Tezawa, a indiqué la page Facebook de l’Assemblée Nationale.

C’est le Ministre du Commerce et de l’Industrie, Monsieur Come HASSAN qui a défendu le Projet de Texte au nom du Gouvernement. Selon l’exposé des motifs du Projet de Texte,  » son objectif est de permettre à la RCA de disposer de Textes nationaux plus adaptés sur les activités de commerce « . Profitant de la présence du Ministre, les Députés ont  » dénoncé la concurrence déloyale, les pénuries organisées et certains maux qui gangrènent l’exercice du commerce et qui ne profitent qu’aux non Centrafricains », a rapporté la source citée plus haut. Et par acclamation, les Elus ont donc ainsi « adopté par acclamation le projet de Loi portant Code de Commerce en République Centrafricaine », lit-on sur la page Facebook de l’Assemblée Nationale.

Avant ce texte, en Centrafrique, le commerce était régi par le Droit français et récemment par les Traités de l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA) et celui de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) que le pays a ratifiés.

Fleury-Agou

Gabon: Démarrage de vente des tickets de la CAN 2016

Mascotte de la CAN 2017

Mascotte de la CAN 2017

La vente des quelques 500 000 tickets des 32 matchs de la prochaine CAN au Gabon s’est ouverte ce jeudi.

Le Comité d’Organisation a également indiqué que ces billets seront en vente dans les perceptions et les trésoreries des quatre villes-hôtes dont Libreville, Port-Gentil et Oyem.

Les billets coûteront entre 500 et 40 000 Francs CFA sauf pour la cérémonie d’ouverture le 14 janvier à Libreville où les places coûteront de 2000 à 20 000 CFA.

La CAN au Gabon débutera au Stade de l’Amitié avec le match entre le Gabon et la Guinée-Bissau suivi du Burkina Faso-Cameroun.

La finale sera jouée le dimanche 5 février au Stade de l’Amitié.

http://www.bbc.com