Centrafrique: Départ des Fauves pour Bamako pour l’Afrobasket Women’s 2017

La sélection Centrafricaine️ Dame de basket a embarqué ce jour 16 août à destination de Bamako pour participer à l’Afrobasket Women’s 2017 qui débutera vendredi 18 août.

La sélection est composée de:
1-KOUMBA Nina;
2-GAOMBALET Estelle;
3-KALENE Ketsia;
4-KOKITO YAGBA Chimène ;
5-EYENE Déborah;
6-KOSSI Abety(Vice-Capitaine);
7-YAMALET Hortencia;
8-GUEGBELET Gabriella(Capitaine);
9-DJIEL Isabelle;
10-DEREBONA Chancella;
11-NGBONGA Winnie;
12-NDACK MBAYE Princesse;
-L’entraîneur principal Willy GBONGO;
-L’entraîneur assistant Hassan TOKA ZAKARIA;

L’équipe avec la délégation étaient accompagnées à l’aéroport par les membres de la Fédération, conduits par son président Isidore Embola et l’ancien Fauve de 1974 Joseph Marcel Bimalé, des fans, parents, amis et connaissances, sans la présence du Ministre des Sports qui par tradition devait être là pour les galvaniser et susciter en elle plus de patriotisme. Dommage.

Cette participation constitue un événement pour la République Centrafricaine qui fait son retour à la phase finale de l’Afrobasket Dame après 43 ans d’absence. Malheureusement que par manque de communication, ce retour est un non événement.

A l’Aéroport International de Bangui Mpocko, ces ambassadrices de la République Centrafricaine en embarquant dans l’avion étaient joviales et conscientes de leurs missions, voit-on sur les images du reporter-photo, Hervé Serefio Diaspora.

Fleury Agou

Afrobasket 2017 : Quatre basketteurs africains de la NBA ne joueront pas pour leurs pays

Regroupés en Afrique du Sud pour participer au match caritatif et pour donner plus de visibilité à la NBA en Afrique à l’occasion du « NBA Africa Game », quatre (04) joueurs africains évoluant dans le grand championnat américain ont indiqué qu’ils seront absents à l’Afrobasket 2017 qui aura lieu du 08 au 16 septembre à Dakar et Tunis. Le calendrier de la compétition régionale et les frais d’assurance sont les causes de ces absences.

Les Congolais Mudjay et Biyombo, le Sud-Africain Sefolosha et le Tunisien Salah Mehjri ne porteront pas les couleurs de leurs pays respectifs à l’Afrobasket 2017 qui démarrera dans un mois, a rapporté www.aps.sn.

Thabo Sefolosha

Thabo Sefolosha, le Sud-Africain, a exprimé son regret de ne pas jouer l’Afrobasket. « Je n’aurais jamais l’occasion de jouer pour l’équipe nationale d’Afrique du Sud », a-t-il déclaré au quotidien sénégalais car,  il a déjà « porté le maillot de la Suisse, son pays de naissance ».

Pour le tunisien Salah Mehjri joueur des Mavericks de Dallas surnommé « Salah, le solide » par son club, il a allégué que « le moment choisi n’est pas bon. Partout, on jouera les super coupes, les pré-saisons. Pour mon cas, ce n’est pas encore clair mais je pense que je ne jouerai pas ». 

Aussi, les congolais de la République Démocratique du Congo (RDC), Emmanuel Mudiay et Bismack Biyombo devront renoncer à leur volonté de jouer pour leur pays à cet Afrobasket. « Leur fédération n’a pas trouvé un accord avec la NBA pour les primes d’assurance » a souligné le journal.

Les joueurs évoluant en NBA sont soumis à des clauses strictes. Il leur est interdit, par exemple, de pratiquer le basket ailleurs que pour le compte de leurs clubs. Pour évoluer avec sa sélection nationale, leur club et la NBA doivent délivrer une autorisation. Aussi, des garanties d’assurances complémentaires doivent être signées et payées par le joueur et sa fédération nationale afin de dédommager la franchise américaine pour le temps passé sur les parquets avec la sélection et également couvrir les risques de blessures.

Emmanuel Mudiay et Bismack Biyombo

Ces déclarations sont un coup de foudre pour la RDC et surtout pour la Tunisie l’un des pays hôtes de la compétition. Pourtant, en 2015 « lors de la première édition de la Nba Africa Game, le commissionner Adam Silver, patron de la Ligue américaine, avait fait état de l’envie de  » voir de plus en plus de joueurs NBA jouer pour leurs pays respectifs », s’étonne www.aps.sn.

Des absences de taille pour la RDC et la Tunisie :

Après 6 ans d’absence à l’Afrobasket, les Léopards sont de retour sur la scène continentale à l’Afrobasket. La RDC voulant s’imposer dans le dernier carré de la compétition a convoqué le meneur des Denver Nuggets, Emmanuel Mudiay et Bismack Biyombo, l’ailier d’Orlando Magic.

Classé dans la Poule A en compagnie de la Tunisie, de la  Côte d’Ivoire et du Nigeria, l’ossature des Léopards de la RDC est composée des joueurs qui ont joué les éliminatoires de la Zone 4 à Bangui.

En ce qui concerne la Tunisie, l’absence de Salah Mehjr serait trop sentie. Evoluant à domicile comme en 2015, le Cinq National mise sur l’expérience de son colosse pivot (2.17m) qui avec ses 22 points et 7 rebonds ont permis à l’équipe de gagner en match de poule le Nigeria futur vainqueur de l’Afrobasket 2015. Sa blessure lors de la compétition et sa sortie en cours de match en demi-finale contre l’Angola les larmes aux yeux avaient coûté chère aux tunisiens. Vainqueur et élu meilleur joueur du championnat d’Afrique de Basketball en 2011, il était désigné meilleur contreur lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

La République Centrafricaine dans le même groupe que le Maroc, l’Angola et l’Ouganda négocie le retour en équipe nationale de sa star de Valence (Espagne), Romain Sato. Un franco-centrafricain qui s’impose aussi dans le championnat français du côté Mans pourrait intégrer à la dernière minute la tanière des Fauves si toutes seront réunies.

Fleury Agou

Internet : L’Afrique a son  » identité numérique »

.africa, est dorénavant le nom de domaine internet de l’Afrique, a annoncé ce jour, 10 mars l’Union Africaine.

Selon AFP ,  » le nom de domaine sera disponible à partir de juillet, mais les Africains qui souhaitent l’utiliser peuvent d’ores et déjà introduire une demande « , a souligné la présidente de la Commission de l’UA, la Sud-africaine Nkosazana Ndlamini-Zuma.

Elle a évoqué les enjeux de cette « identité numérique » en expliquant que  » ce nom de domaine permettra aux Africains, notamment les entrepreneurs, d’être plus visibles sur internet ».

.africa sera administré par le sud africain Lucky Masisela, directeur de la société ZA Central Registry, a mentionné AFP. Son administrateur, a assuré qu’il révolutionnera le marché  » et permettra de diminuer le coût des noms de domaine ».

Ce nom de domaine « .africa ne coûtera que 18 dollars (17 euros), alors que l’enregistrement d’un site sur un domaine national peu coûter jusqu’à 250 dollars dans certains pays Afrique, a rapporté l’AFP. L’Union Africaine compte profiter de  cette « identité numérique » pour son autofinancement.

Selon la Banque mondiale,  » quelques 22% de la population d’Afrique subsaharienne a accès à internet, soit un des taux les plus faibles au monde (moyenne mondiale de 44%) ». L’organisation continentale a dans l’un de ses programmes de développement  » souhaite augmenter ce taux de 10% d’ici l’année prochaine « , a rappelé l’AFP.

Comparativement à d’autres continents, l’Afrique accuse un retard dans les TIC. Mais les statistiques liées à internet rapportent que le continent a fait des progrès, car  « près de 281 millions d’internautes« , a noté Internet Live Stats.

Les Seychelles (57,90%), le Maroc (57,60 %) et l’Afrique du Sud (52%°) sont les pays africains les plus connectés.  Par ailleurs, internet reste encore inaccessible dans plusieurs pays, notamment la Somalie, l’Erythrée et le Burundi où une connexion internet n’est accessible que par moins de 2% de la population et très chère au Tchad. 

Fleury Agou

Le Centrafrique signe la Charte Africaine du tourisme durable et responsable

tourisme-centrafriqueCette adhésion a été confirmée lors du Forum ministériel sur les enjeux touristiques et le climat en Afrique. A travers cette charte, ratifiée en marge de la COP22, les Etats signataires promeuvent le tourisme durable au profit de l’Afrique tout en respectant la diversité et le patrimoine du continent.

Un engagement, qui, selon Aziz Akhannouch, en sa qualité de ministre provisoire du tourisme, vient inscrire le tourisme durable en Afrique dans une dynamique soutenable alliant le progrès socio-économique à la préservation de l’environnement et au respect des diversités culturelles de chaque pays.

A cet égard, Salaheddine Mezouar, président de la COP22,  a plaidé en faveur de la préservation des atouts touristiques de l’Afrique.  Le tourisme durable s’érige, en effet, en levier de développement. Il se veut également l’une des solutions de lutte contre le changement climatique au niveau continental. Notons que la charte africaine du tourisme durable et responsable a été signée par le Maroc, le Congo, l’Angola, le Bénin, le Cameroun, l’Ethiopie, la Guinée-Bissau, le Cap-Vert, le Burundi, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Gabon, le Kenya, le Mali, la Mauritanie, la République Centrafricaine, le Nigeria, le Niger, le Sénégal, les Seychelles, le Soudan, le Zimbabwe, la Tunisie et le Tchad.

aujourdhui.ma/economie