Football : Limane Moussa honore le Centrafrique

Limane Moussa

L’international centrafricain Moussa Limane, sociétaire du club kazakh, le Kaspyi FC évoluant en 2e Division est distingué meilleur joueur de son championnat.

Celui que les fans du foot centrafricain ont surnommé Hélico et devenu le joker de la sélection centrafricaine a été désigné meilleur joueur de son club le Kaspyi FC. En recevant son prix le 18 juillet 2017, Limane Moussa a dédié son trophée à son pays la République Centrafricaine.

Sur son compte Facebook, c’est avec joie et dans un esprit patriotique qui est celui d’un joueur soucieux de la paix dans son pays que, Limane Moussa a déclaré que  « c’est avec grand honneur que je partage ce trophée de meilleur joueur du championnat avec toute la Nation Centrafricaine sans distinction, que tu sois chrétien ou musulman, on a qu’un seul pays. Laissons la haine, cultivons la paix pour que notre pays aille de l’avant », signé « LM7 ».

Dans un Centrafrique en guerre, où le conflit politico-militaire qui a débuté en 2012 a été instrumentalisé en crise confessionnelle, l’attaquant centrafricain s’investit pour la paix dans son pays en multipliant les gestes en faveur de la cohésion sociale.

Dans toutes ses sorties, le joueur est toujours épris de paix. Il ne rate aucune occasion pour rendre hommage à son pays et sensibiliser.

Depuis qu’il évolue au Kazakhstan, Limane Moussa s’est imposé. Il était désigné en 2015, meilleur joueur de Kyzyl-Zhar son premier club Kazakh. Intéressé par l’Esperance Sportive de Tunis, « le Kaspyi FC n’a pas voulu libérer son meilleur joueur pour qu’il fasse une expérience en Tunisie », nous avait-il déclaré il y a quelques mois.

Par ses sensibilisations pour la paix et la cohésion sociale, Limane Moussa montre que le football et le sport en général est un vecteur de paix et de cohésion sociale, et non de haine et d’animosité entre les peuples. Il nous rappelle Max Horkheimer dans son étude sur l’importance du sport dans la société moderne, disait que  » le sport est l’expression moderne de grandes traditions culturelles du passé. Sans cet esprit sportif,  la survie d’une concurrence loyale et pacifique entre les nations n’aurait pas pu être imaginée ». Il a affirmé que « le sport est une expression de la liberté, Horkheimer conclut que dans notre civilisation moderne, qui est menacée de toutes parts, le sport est devenu une sorte de monde à part, une société au sein de la société, où nous pouvons placer nos espoirs ».

Fleury Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s