Centrafrique : Témoignage de l’Imam de Yaloké sur le vivre-ensemble

Imam Ousman Laidou de Yaloké

L’Imam Ousman Laidou de Yaloké affirme que les chrétiens et les musulmans sont des frères et non des ennemis. Il précise que s’ils étaient des ennemis les chrétiens n’allaient pas sauver les musulmans Peulhs attaqués par les éléments de la coalition de l’ex-Séléka. Une déclaration faite sur le site des Peulhs de Yaloké au cours de la mission de sensibilisation organisée par la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) du 22 au 25 mai 2017 dans la localité.

Dans sa déclaration lors de la campagne de sensibilisation sur la cohésion sociale et le vivre ensemble menée par les Bâtisseurs de paix de Yaloké et l’équipe de la PCRC venue de Bangui, L’Imam Ousmam Laidou de la Mosquée du site des déplacés internes de Yaloké a donné le témoignage des actions menées par les Antibalakas pour les délivrer des attaques des éléments de l’ex-Séléka. Il a ajouté que ces éléments Seleka avaient comme objectif d’exterminer les Peuhls dans la forêt afin de s’emparer de leurs bétails. Selon l’Imam, les Antibalakas sont leurs véritables frères et personne ne pourra leur dire le contraire car ils ont sacrifié leurs vies pour les sauver des mais de leurs bourreaux. « Nous étions au nombre de 47 éleveurs dans 3campements et l’effectif de nos bœufs était de plus de 900. Les Sélékas sont arrivés, ils nous ont regroupés sur un terrain nu et ont exigé des rançons avant de libérer nos femmes et nos filles qu’ils ont séquestrées. Cela a durée 2 jours. Ils ont pris presque 29 millions sur nous tous. Ils ont tués 4 des nôtres. C’est dans la matinée du troisième jour que les Antibalakas, qui on suivit leurs traces, sont arrivés pendant que ces Séléka s’apprêtaient à emporter la dernière vague de nos bœufs. Après plus de 3 heures d’échanges de tirs, les Antibalakas ont réussi à nous libérer d’entre les mains de nos ravisseurs. Bien que nous ayons tout perdu, nous avons la vie sauve grâce aux Antibalakas qui nous ont ensuite conduits dans ce site de déplacés à Yaloké. »
L’imam Ousmam Laidou ajoute que les ONG ne les assistent plus comme avant. Actuellement se sont leurs frères chrétiens qui les aident à survivre. « Notre condition de vie est très difficile. C’est grâce à nos frères chrétiens que nous avons le minimum pour vivre du jour au lendemain. Ce sont les chrétiens qui ont contribué pour acheter la paille afin de reconstruire les toitures de nos maisons défectueuses. Cela démontre une véritable fraternité, un amour sincère qui restera à jamais gravé dans nos mémoires et dans l’histoire de cette crise »
Pour Faustin M, responsable des Antibalakas de Yaloké, il n’était pas possible pour eux de laisser les éléments de l’ex-Séléka maltraiter leurs frères Peuhls. « Les Antibalakas ont pris les armes c’est parce que la vie de nos frères était en danger. C’est pourquoi nous avons décidé de les défendre au prix de nos vies. Qu’il soit musulman ou chrétien c’est un frère. Nous avons le même sang qui coule dans nos veines. A quoi servirait cette division entre chrétiens et musulmans ? La seule solution à cette crise, c’est que nous devons nous unir et dire non à ceux qui veulent nous diviser à cause de leurs intérêts égoïstes».
Ces témoignages prouvent à suffisance la cause défendue par la PCRC à savoir que la crise centrafricaine n’est pas interreligieuse.

Compcrcrca Plateforme
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s