Centrafrique : Abdoulaye Hissene nargue le Garde des Sceaux tchadien et la justice

Abdoulaye Hissene

La semaine dernière, le Tchad avait pris la décision de geler les comptes du chef de guerre Abdoulaye Hissene, l’un des commandants militaires du FPRC. Invité du RJDH, hier 30 juin, le seigneur de guerre tourne en dérision les mesures tchadiennes et dénonce l’option judiciaire comme voie de sortie de crise.

Abdoulaye Hissene, l’ancien diamantaire devenu chef de guerre d’une faction de l’ex-Séléka opérant aux confins centrafricano-tchado-soudanais s’est tristement illustré la semaine dernière dans la Basse-Kotto, à Bria. Mais le Tchad dont ses soldats sont accusés d’exaction des Droits de l’Homme en Centrafrique, a décidé de geler « les fonds et avoirs financiers, directs ou indirects, d’Abdoulaye Hissene sur le territoire national», a indiqué M. Ahmat Mahamat Hassan, le Ministre tchadien de la justice. Une décision pour se faire bonne figure.

Commentant cette mesure, Abdoulaye Hissene se fiche du Ministre tchadien et l’ironise. « Je qualifie de rigolade la décision du ministre tchadien de la Justice », a rapporté le RJDH.

Selon, lui, cette décision émane du Garde des Sceaux et « n’est pas la position du gouvernement tchadien ». Poussant plus loin la raillerie, le chef de guerre a déclaré : « je lui conseille de retourner sur le banc et d’apprendre les a-b-c d’un ministre. Nous sommes dans la sous-région et ce n’est pas de cette manière qu’il faut geler les avoirs et c’est une honte pour le Tchad», s’est-il ironisé.

Donc existe-il une faculté universitaire pour la fonction de Ministre. Voila un ancien Ministre.Et sur la mise en place de Cour Pénale Spéciale (CPS) hier, 30 juin à Bangui, il l’assimile à la poursuite de « deux lièvres à la fois : soit on fait la paix, soit on choisit la justice et on met tout le monde en prison » a déclaré Abdoulaye Hissene au journal électronique.

En auscultant  l’interview qu’il a accordée au RJDH, il milite pour le dialogue (amnistie)au détriment de la justice. Il a exhorté le régime de Bangui à opter pour le dialogue au détriment de la justice. « Vous savez que je gère des Homme, c’est-à-dire des éléments. Je vais dire à mes éléments, rester tranquille on va venir vous chercher, ou je dis rester tranquille et ne faites bien on va trouvez une solution. Dites lequel il faut choisir ? » S’est interrogé Abdoulaye Hissene.

Le message du chef rebelle constitue un avertissement et un défi à la CPS: Ses combattants ne se laisseront pas arrêter pour leur comparution.

Paradoxe ! Bangui a signé l’Accord de Sant’Egidio qui fait une large part à l’impunité et ordonne la mise en place de la Cour Pénale Spéciale.

Attendons voir.

Fleury Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s