Centrafrique : L’ONU préoccupée pour la traduction des auteurs de violations du droit international en justice

Les combats entre les groupes armés dans la Ouaka et les villes périphériques ont porté atteinte aux droits de l’Homme et au droit international. Face à cela, les  membres du Conseil de Sécurité de l’ONU ont demandé au FPRC et l’UPC de renoncer à ces violences

Dans un communiqué publié le 04 mars, le Conseil de Sécurité s’est dit préoccupé par  « l’urgence de traduire en justice les responsables de violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme, y compris la violence sexuelle et sexiste ».

Il a demandé aux mouvements politico-armés de « mettre fin immédiatement à toutes les violences et d’honorer leur engagement en faveur du désarmement, de la démobilisation, du rapatriement et de la réintégration (DDRR) ». Cette sommation s’adresse précisément au «  Front patriotique pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et à l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC) » car les combat entres ces deux groupes « ont causé de lourdes pertes civiles et d’importants déplacements de population » a – t- il déploré.

Poursuivant, les 15 «  renouvelle également son soutien au Président de la RCA, Faustin-Archange Touadéra, et salue son rôle important dans la stabilisation du pays, la promotion de la paix et de la réconciliation et le développement ».

Il a exhorté «  les États membres à verser les contributions annoncées lors de la Conférence internationale de Bruxelles du 17 novembre 2016 et de la Conférence sur la solidarité africaine tenue à Addis-Abeba du 1er février 2017, afin d’appuyer la mise en œuvre des objectifs prioritaires du pays en matière de consolidation de la paix ».

Depuis le dernier trimestre 2016, le FPRC et l’UPC se livrent une bataille dans la Ouaka et les villes périphériques. A Bakouma et Ngaoundaye, les mouvements armés continuent de semer la désolation.

Pour beaucoup de centrafricains, l’ONU a les moyens militaires et politiques d’arreter les auteurs de graves crimes en Centrafrique, mais obéit à la volonté des interets qui se cachyent derrière ces groupes armés.

Fleury Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s