Centrafrique : Un Architecte projette de valoriser la culture Pygmée par un centre

pygmee

Architecte Nganyadé Zowé Vahid en toile de fond la maquette du centre culture.

Après la soutenance de son Mémoire D’Architecte sur le  » Centre de mise en valeur de la culture Pygmée en République Centrafricaine », à l’Université Ibn Khaldoum de Tunis en juillet 2016, Nganyadé Zowé Vahid veut matérialiser son idée. Il a présenté le 21 novembre 2016 à l’Alliance Française de Bangui son Mémoire.Fra

Pour sauvegarder les Pygmées qui disparaissent à petit feu par les actions anthropiques, des chercheurs et des ONG ne cessent de concevoir des stratégies et des plans pour préserver cette population. Ainsi, dans le cadre de l’obtention de son diplôme de fin d’études d’Architecture, Nganyadé Zowé Vahid avait présenté un Mémoire de fin d’études sur le Centre de mise en valeur de la culture Pygmée en République Centrafricaine.

Comme la matérialisation de ce projet lui tient à cœur, avec le concours de l’Alliance Française de Bangui, il a exposé à l’auditorium de ce centre culturel les grandes lignes de son travail en présence de nombreux étudiants et de personnalités. Il a souhaité la création d’un centre culturel Pygmée sur le model du plan architectural qu’il a réalisé.

Sur ce projet, le Directeur de l’Alliance française de Bangui, Olivier Collin s’est dit  » impressionné par la qualité du travail « , avant de déclarer que le  » Centrafrique a besoin de valoriser sa culture après les années troubles « . Il a ajouté que Nganyadé Zowé Vahid fait partie de ces gens qui montrent que la RCA a du talent ».

Poursuivant, il a marqué son soutien à ce projet qui l’intéresse, raison pour lui d’inviter le chanteur Kamel Zakri, qui a 17 ans de collaboration musicale avec des Pygmées Aka de Centrafrique. Avant d’ouvrir son Mémoire pour le présenter à l’assistance, l’Architecte a remis une copie de son travail au Directeur de l’Alliance française de Bangui, Olivier Collin.

Nganyadé Zowé Vahid a rappelé que « les peuples autochtones représentent 6% de la population mondiale. En Afrique, il ne reste que deux peuples aborigènes, les bushmen et les Pygmées dont environ 300.000 vivent en Afrique Equatoriale ». Selon lui, ces populations autochtones sont   » en voie d’extinction » et a des modes de vie qu’il faut valoriser par la création d’un centre culturel Pygmée au model du plan architectural qu’il a conçu. D’après lui, le centre aura plus de 4 ha et pourra être construit à la sortie de Mbaiki sur la route de Boda. Sur ce site, les visiteurs pourront s’imprégner de la réalité Pygmée. Ce centre sera construit  par « du bois local résistant ».

Selon le concepteur du plan architectural du centre, la construction de pareille infrastructure culturelle a un double profit. Il servira  d’abord à  » valoriser la culture Pygmée  » et « attirera sans doute des touristes, curieux du mode de vie des populations autochtones ». Avant de clore son exposé, il a exhorté le pouvoir et les organisations à s’investir pour la préservation de cette richesse culturelle.

Cette présentation a retenu l’attention de l’assistance qui a jeté des fleurs sur l’Architecte qui a leur avis a travaillé sur un  » sujet original » tout en souhaitant réussite à ce projet et le concepteur du plan architectural du centre.

F.A

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s