Centrafrique : Rénovation des pistes aériennes pour assister les déplacés

rca-rehab-pistes-201604Devant le délabrement des pistes aériennes en Centrafrique, l’ONG Handicap International s’évertue à leur réhabilitation.

         Pour faciliter l’acheminement d’aide humanitaires aux déplacés de l’arrière pays, Handicap International en partenariat avec le système des Nations Unies et des ONG humanitaires ont rendu opérationnel 12 pistes aériennes (Alindao, Bakouma, Birao, Bocaranga, Boguila, Bouca, Kaga-Bandoro, Mboki, Obo, Rafai, Sibut et Tiringoulou) de la République Centrafricaine. Ces chantiers ont débuté en janvier 2016, rapporte le site d’Handicap International qui souligne que les travaux de réhabilitation ont mobilisé plus de 230 travailleurs locaux pour chacune des pistes.

Ajoutons qu’une grande partie des 2,5 millions de centrafricains vulnérables ont pu bénéficier d’assistance grâce aux efforts de cette organisation humanitaire. « Entre janvier et mars 2016, Handicap International a offert un appui logistique à plus de vingt organisations humanitaires (Action contre la Faim, International Medical Corps, Solidarités International…) », rappelle le site d’Handicap International.  . Il ajoute que cet appui s’est traduit par la préparation de l’envoi de 42 tonnes d’aide humanitaire pour 115 vols planifiés par l’UNHAS et ASF dans l’ensemble de la Centrafrique. Depuis janvier 2016, le volume d’aide humanitaire géré par Handicap International et distribué par voie aérienne est en constante augmentation en Centrafrique. »

Cette statistique est confirmée par Allan Bernard, coordinateur de la plateforme logistique de Handicap International en Centrafrique :  » En termes de tonnes distribuées, l’acheminement aérien de l’aide humanitaire ne constitue pas un énorme volume, mais les difficultés du terrain en font une composante essentielle de l’action humanitaire en Centrafrique.  » Le chef logisticien note que  » les pistes routières sont en très mauvais état. Par exemple, il faut parfois trois semaines pour qu’un camion puisse rallier Birao, à 1000 km de Bangui. En cas d’urgence absolue dans des zones difficiles d’accès, la distribution de l’aide humanitaire par voie aérienne est l’option la plus efficace, voire la seule option pour atteindre les populations les plus affectées. »

Intérêts de préserver les infrastructures centrafricaines:

Depuis des décennies, des infrastructures aériennes et terrestres n’ont pas été au centre de préoccupation des autorités de Bangui, ignorant que la communication facilite l’intégration des régions rurales et des populations aux activités de développement économique et social. Ce délabrement des pistes s’est encore accentué avec la crise que vit le Centrafrique. Une chose est de saluer l’action d’Handicap International, mais l’Etat centrafricain devra s’investir dans la sauvegarde de ces installations, car nul ne doutera que l’amélioration des infrastructures de transports améliore le service des transports et contribue au développement rural et urbain.

Fleury Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s