Centrafrique : Et si on encourage la culture de la patate douce

LA PATATE DOUCE

LA PATATE DOUCE

Au nombre des tubercules produites en Centrafrique, on compte la patate douce ou l’Ipomoea batatas (nom scientifique). Elle est « cultivée en quantité restreinte pour l’autoconsommation. Son prix est nettement plus élevé que celui du manioc (250 à 300 F CFA/kg à Bangui) « , affirme la FAO, pourtant la patate douce a un  cycle de culture court (4-5 mois) et est cultivable toute l’année. Selon des ingénieurs agricoles, l’Ipomoea batatas est peu exigeante et donne une productivité appréciable là où beaucoup d’autres cultures ont failli.

Soulignons que l’Ipomoea batatas est l’aliment de base, tant en Asie qu’en Amérique latine et le sud des États-Unis en est très friands, rappelle le site www.boitearecettes.com/.

            Selon, le journal électronique, son goût est intermédiaire entre la pomme de terre et la châtaigne. Aussi, il existe des centaines de variétés de patates douces et sa production est moins coûteuse que la plupart des autres cultures du fait qu’elle est facile à cultiver, qu’elle a un cycle court et donne en général des rendements satisfaisants. Elle demande un entretien assez régulier, mais le désherbage n’est essentiel qu’en début de développement. La patate douce est une plante extrêmement flexible. Comparée à d’autres cultures, elle pousse sous une gamme variée de conditions agricoles et s’adapte bien à la chaleur, à la sécheresse, à de nombreuses maladies et ravageurs, de même qu’à des sols pauvres et inondés. Facile à cultiver avec un faible coût de production, la patate douce donne en général des rendements satisfaisants (environ 6,5  t/ha) et contribue à l’amélioration du revenu des populations rurales. Ses feuilles sont comestibles.

Valeur nutritive

         Selon des diététiciens, la patate douce  possède une grande valeur nutritive et est très utilisé dans l’alimentation  dans beaucoup de pays. Elle est très énergétique, et riche en fibres, fer, potassium, de la vitamine C et du magnésium en quantité non négligeables.  Riche en vitamine A et B6 mais aussi en cuivre et en manganèse, la patate douce permet de prévenir le risque de certains cancers. Elle fait baisser le mauvais cholestérol et le sucre dans le sang. Elle renforce aussi le système immunitaire.

Tandis que le site sante.journaldesfemmes.com, soutient que « la chair de la patate douce et sa pelure contiennent des anthocyanines. Ces pigments qui donnent leur couleur rouge aux fruits et légumes possèdent des propriétés antioxydantes reconnues par la science. » Il ajoute que  » les anthocyanines de la patate douce lui confèrent notamment des effets positifs sur la santé cardiovasculaire, la prévention du diabète et sur le foie. » La consommation régulière d’aliments riches en caroténoïdes protège des maladies cardiaques et du cancer.

            Devant la valeur nutritive de la patate douce et vu qu’elle s’adapte à différente conditions climatiques, il est indispensable d’encourager la culture de cette plante et aussi sa transformation pour le bien-être des populations centrafricaines. Patate douce accompagnée d’une sauce rouge ne régale –t- elle pas ? Gouttons.

Fleury-Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s