Congo – Vote sans communication et peur au ventre

URNEDimanche 20 mars 2016, deux millions d’électeurs auront rendez-vous aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle.

            Dans ce scrutin, le Président sortant, Denis Sassou Nguesso qui brigue un troisième mandat affrontera huit candidats. Contrairement à la campagne électorale qui s’est déroulée dans le calme, les congolais craignent que le pouvoir use de la force et des pratiques anti-démocratiques pour manipuler le résultat du suffrage, avec pour conséquence une crise post-électorale.

Cette frayeur se justifie par la Note du Ministre de l’Intérieur, Mr Raymon Zephirin Mboulou adressée aux opérateurs de télécoms. « Pour des questions de sécurité et de sureté nationale, veuillez bloquer toutes les communications, sms y compris pour les journées du 20 au 21 mars à l’exception de celles émises ou reçues des numéros dont la liste est jointes en annexe », a ordonné le Ministre.  Cette disposition serait la suite de la protestation du Général M.Mokoko et quatre opposants qui, jugeant que l’élection ne sera pas « sincère », ont appelé la population à « exercer sa souveraineté » en cas de fraude. Cet appel est considéré par le pouvoir comme une incitation à l' »insurrection » par le porte-parole du Gouvernement, T.Moungalla. A tous cela, la convocation du Général Jean-M. M. Mokoko par un service de sécurité à la veille de l’élection laisse planer le doute sur la sincérité de cette élection. D.Sassou Nguesso imite-t-il Museveni ?

Un opposant interpelle la communauté internationale :

            Cette inquiétude de la population est aussi partagée par l’ancien Ministre, B. Koukébéné, opposant en exil qui dans la libre tribune de Libération souligne que « cette élection, qui prolonge les manipulations éhontées de la Constitution congolaise par D.Sassou Nguesso, est donc un baril de poudre. Un rien, une nervosité, une étincelle, ce sera le chaos et un affrontement sanglant entre les deux forces en présence : le peuple et le Président battu. » Pour éviter que le pays replonge dans le chaos, l’opposant demande à la France, à l’ONU et à l’Union Africaine de sommer et de faire pression sur le Chef d’Etat Congolais  » de ne pas s’entêter à organiser «son» évidente fraude électorale. Dans le même ordre, il exhorte  » le Président de l’Union africaine, son excellence Idriss Déby Itno, d’organiser, dès à présent, une médiation pour la sortie en douceur du président D. Sassou Nguesso après sa défaite électorale. « 

            A la lecture des nouvelles en provenance de Brazzaville, le climat est lourd et l’angoisse gagne le cœur de la population qui garde en mémoire les dramatiques événements des années sombres. Tel est aussi le cas de nombreux centrafricains refugiés dans ce pays qui implore Dieu afin que le processus se fasse dans la transparence et le calme pour un Congo émergent et une Afrique Centrale stable.

F.Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s