Centrafrique – Le Prêtre B.Kinvi finaliste de l’Aurora Prize

le Père Bernard Kinvi

le Père Bernard Kinvi

Après le Prix Alison Des Forges 2014, le Prélat de Bossemptelé  est sur le point de remporter le Prix Aurora pour sa philanthropie et son désintéressement.

Le Père B. Kinvi, M. Barankitse, le Dr Tom Catena et Syeda Ghulam Fatima sont les quatre philanthropes finalistes du Prix Aurora.  Vartan Gregorian, co-fondateur de 100 Lives et membre du Comité de Sélection du prix  estime que les lauréats  » ont trouvé le courage de combattre l’injustice et la violence infligées aux populations les plus vulnérables de leurs sociétés. » Il rappelle que la distinction a été créée « non seulement pour honorer, mais aussi pour soutenir ces héros méconnus qui transforment l’humanité et qui se lèvent contre l’injustice et les persécutions » en rappelant qu’ »il y a cent ans, des étrangers se sont soulevés contre les persécutions commises à l’égard de nos ancêtres.  Aujourd’hui nous les remercions en distinguant ceux qui agissent dans le même esprit face aux atrocités modernes. « 

Les finalistes du Prix Aurora sont:

Originaire du Togo, le Père Bernard Kinvi est membre de l’ordre des Camilliens -les « serviteurs des malades »- et ordonné à l’âge de 19 ans. Le Prélat a été affecté à Bossemptélé (Centrafrique), une petite ville à 250 Km de Bangui pour diriger la mission catholique. Il a sous sa responsabilité l’hôpital Jean Paul II, un établissement scolaire école et une église.

         Auparavant paisible et calme, Bossemptelé à l’instar des villes centrafricaines connaitront les affres de la guerre déclenchée en 2012 par la rébellion Séléka. Face aux exactions des rebelles, les représailles de la milice anti-Balaka seront pitoyables sur la population musulmane de la Sous-préfecture (Bossemptelé) et la mission du Prélat est prise entre deux feux. Au lieu de fuir, le Prêtre et toute son équipe résistent pour accomplir leur sacerdoce sans distinction confessionnelle :  » Ici, on soigne tout le monde avec le même amour, sans distinction d’origine ou de confession. Seleka, anti-balaka, amis ou ennemis : je ne veux pas savoir d’où ils sortent ni ce qu’ils ont fait. Que ceux à qui cette règle ne convient pas se sentent libres de nous quitter » avait ordonné le Prêtre au personnel de l’hôpital dont il a la charge, lit-on sur blogs.lexpress.fr. Par ailleurs, au-delà des soins médicaux, la mission a servi de refuge aux personnes fuyant la mort et la persécution. Même si le calme est revenu, il multiplie les efforts pour le vivre-ensemble.

Icône de la paix au Burundi, Marguerite Barankitse (60 ans), surnommée  » Maggy » ou encore « maman nationale » dirige la Maison Shalom et l’hôpital REMA. La persécution de 72 enfants Hutus qu’elle tentait de protéger a capitalisé les efforts de cette enseignante devenue humanitaire. C’est après ce drame produit sous ses yeux, qu’elle décida de sauver et soigner des enfants et des réfugiés. Elle a sauvé près de 30.000 enfants et, depuis 2008, 80.000 patients ont bénéficié des soins qu’offrent son hôpital, rapporte rfi.fr.

Le docteur Tom Catenaest médecin américain œuvrant à l’hôpital Mother of Mercy dans les Monts Nouba au Soudan. Unique médecin permanent, il a sa charge plus de 500.000 personnes dans la région. Malgré les bombardements répétitifs de l’aviation soudanaise, le docteur Catena est resté dans l’enceinte de l’hôpital afin d’être disponible 24 heures sur 24. Son désintéressement a fait l’objet de plusieurs articles et reportages. Il a été retenu par le magazine TIME parmi les 100 personnes les plus influentes au monde en 2015.

Syeda Ghulam Fatima agit inlassablement pour éradiquer le travail forcé, une des dernières formes subsistantes de l’esclavage moderne. Fatima est secrétaire générale du Bonded Labour Liberation Front Pakistan (BLLF), qui a libéré des milliers de travailleurs pakistanais, dont près de 21.000 enfants, obligés de travailler pour des exploitants de fours à briques pour rembourser des dettes (les taux d’intérêt étant trop élevés pour que les travailleurs puissent rembourser, ils sont contraints au travail forcé et à une situation misérable, souvent brutale).

         A titre de rappel, le 24 avril 2016 en Armenie, l’un des quatre finalistes recevra le  premier Prix Aurora au cours d’une cérémonie à Erevan des mains de G. Clooney, vice-président du Comité de Sélection. Il  recevra une subvention de 100.000 dollars américains, tandis qu’une subvention d’un million de dollars sera remise, sous forme d’un don, à une organisation caritative qui aura inspiré son travail.

F. Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s