Centrafrique : I.Deby sonne le glas de la transition

Le président tchadien Idriss Déby Itno|Capture d’écran ©Euronews

Le président tchadien Idriss Déby Itno|Capture d’écran ©Euronews

En visite en France, I.Deby le Président tchadien a désavoué la transition centrafricaine. Par cette déclaration, il a critiqué la médiation.

« Nous avons avec le président François Hollande la même position en ce qui concerne la RCA : cette transition doit s’arrêter. Il vaut mieux une mauvaise élection qu’une transition chancelante « , a déclaré le président Deby à la presse à la fin de son audience. Le tchadien a martelé  » que la communauté internationale trouve les moyens financiers nécessaires pour permettre à la transition de faire les élections avant la fin de l’année 2015 « . Pour lui, il faut «  déclencher le système D.D.R pour permettre aux anti-Balaka et ex-Séléka qui sont armés et dans la nature de regagner le bercail « , a-t-il encore souligné. Pour F.Hollande, « il faut un dialogue social apaisé. S’il est interrompu par des violences inacceptables, cela a des conséquences sur l’attractivité du pays », a écrit le président français sur twitter.

Paris et N’djamena désapprouvent Sassou ?

Par sa sortie médiatique, I. Deby et F.Hollande désavouent-t-il le Médiateur international de la crise centrafricaine, le Président Denis Sassou-Nguesso? Pourtant, le 02 octobre à l’O.N.U, le Ministre des affaires étrangères de la République du Congo, J.C. Gakosso, a souligné « que son pays était plus que jamais engagé dans son rôle de médiation pour résoudre la crise en République Centrafricaine » et a rappelé que « le Président congolais D. Sassou-Nguesso menait  avec détermination la médiation internationale dans la crise à laquelle ce pays frère est confronté ….Dans cette phase décisive du processus de transition, le Président D. Sassou Nguesso, Médiateur international, est encore plus engagé dans la mission », rapporte www.un.org.

         Pour beaucoup d’observateurs, I.Deby et D. Sassou Nguesso ne sont pas sur la même longueur d’onde sur le règlement de la crise de leur voisin centrafricain. Le tchadien semble convaincre Paris et a toujours désapprouvé la méthode de son homologue congolais employée à Bangui. En février 2015, le Président tchadien avait rejeté les accords de Nairobi initiés par D. Sassou Nguesso qui a permit de rapprocher F. Bozizé de son tombeur M. Djotodia.

         Dans ce mélis-mélo, les Centrafricains devront s’inspirer des Burkinabé. Pourquoi c’est le voisin qui doit toujours penser à notre place ? Paix en Centrafrique.

R.Songbade

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s