Les attentats meurtriers de N’djamena attribués à Boko-Haram

La capitale tchadienne a été la cible d’attaques terroristes, aucune revendication sur cette barbarie attribuée à Boko-Haram.

         Lundi 15 juin, concurremment,  le Commissariat Central et l’Ecole de Police de N’Djamena ont été les cibles d’attentats terroristes. Une trentaine de personnes tuées et plusieurs blessés, rapporte le bilan provisoire. Le Tchad et plusieurs pays ont condamné fermement ces attaques qui porteraient selon eux la signature funeste de Boko-Haram. Le Ministre tchadien de l’Information a souligné que «  le gouvernement poursuivra sans relâche la lutte contre les criminels de Boko Haram « . De  retour de Johannesburg, le N° 1 Tchadien, I.Deby a promis que  » cette action ne restera pas impunie ». Et F. Hollande a incriminé les terroristes nigérians affirmant qu’ »il n’y a pas de doute que Boko Haram est responsable et devra rendre compte de cette nouvelle horreur humaine ».

Pourquoi Boko-Haram est-il mis en cause dans ces attentats terroristes ?

         Depuis l’intervention militaire musclée du Tchad en soutien au Nigeria, au Cameroun et au Niger, la secte islamiste a perdu à tour de bras ses fiefs et ses camps d’entrainement sous la force des canons. Du nord-Cameroun à la frontière Niger-Nigeria et celle du Lac Tchad, ses infrastructures militaires n’ont échappé aux feux alliés et sont démantelées. Le groupe islamiste a donc changé de fusil d’épaule: plus de combat frontal avec les forcées armées, mais des attaques terroristes visant les Etats. Des garçons/filles sont enrôlés pour porter des ceintures explosives qu’ils déclencheront à proximité de cible choisies. Donc à partir de son engagement contre Boko-Haram, N’djamena redoutait une attaque, ce qu’a affirmé I.Déby : « Personnellement, je ne suis pas trop surpris puisque depuis notre engagement le 17 janvier 2015 aux côtés des pays qui sont menacés par les terroristes (Nigeria, Niger, Cameroun, NDLR), j’ai continuellement dit au gouvernement de ne pas baisser la garde, (de garder) surtout la vigilance à toute épreuve« . Ajouter à cela, Ahmad Allam-Mi, Secrétaire Général de la C.E.E.A.C a rapporté que des informations évoquaient une attaque de Boko-Haram. «  Nous étions très préoccupés par la situation, par les développements notamment au Nigeria de Boko Haram. Sa capacité opérationnelle, militaire, a été réduite, mais on a eu le sentiment qu’il allait réveiller des cellules dormantes dans les pays voisins« , note-t-il. « On avait enregistré des renseignements çà et là, mais on ne savait pas où ils pouvaient frapper. Là, nous avons la preuve qu’ils se préparaient à attaquer Ndjamena, la capitale du Tchad, qui est à la porte du Nigeria, du lac Tchad. Evidemment, au niveau du secrétariat général, nous allons prendre nos dispositions pour que des dispositions soient prises de coopération entre les différents services de renseignement pour éviter ce type d’attentat « .

         Après ces attentats, le président Deby a décrété trois jours de deuil national à partir de mercredi 17 juin et a promis que son pays ne cédera pas aux chantages. A Bangui, le gouvernement est solidaire du Tchad dans sa lutte contre le terrorisme et lui a exprimé sa compassion, lit-on dans le communiqué de la Primature.

R.Songbandé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s