Sénégal-Arabie Saoudite : Front commun contre les Houthis (Yémen)  

Roi Salman Ben Abdelaziz et Président Macky Sall

Roi Salman Ben Abdelaziz et Président Macky Sall

De retour d’Arabie Saoudite jeudi 02 avril, le président de Sénégalais, Macky Sall a réaffirmé le soutien total de son pays à la coalition internationale dirigée par l’Arabie Saoudite contre les rebelles Houthis, au Yémen.

« J’ai beaucoup échangé avec le roi d’Arabie Saoudite Salman Ben Abdelaziz sur des questions de paix et de sécurité internationales, en abordant notamment la situation qui prévaut au Yémen qui fait face à une attaque de groupes armés qui ont renversé l’Etat sur place. Mais nous réaffirmons notre soutien total à la coalition », a déclaré Macky sall. Bénéficiant de soutien dans la région, les Houthis menacent la sécurité sous-région et le Sénégal note que cela « peut conduire à une déstabilisation totale de la sous-région et au-delà’. « C’est une grave préoccupation de notre part et nous soutenons la coalition pour un rétablissement de l’ordre constitutionnel au Yémen’’, a encore relevé le Chef d’Etat sénégalais.
A travers son président, le pays de la Teranga a rejoint le Tchad, le Soudan et l’Egypte qui soutiennent Riyad dans la guerre que se livrent en coulisse chiite et sunnite au Yémen. Cet alignement du Sénégal sera-t-il sans conséquences ?

         A cette préoccupation, l’islamologue et enseignant chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint Louis, Docteur Bakary Samb juge cette alliance avec l’Arabie Saoudite pourra coûter cher au Sénégal. Docteur Bakary Samb note qu’  » on voit se dessiner un front Sunnite contre le front Chiite. Cette bataille rangée, ce combat entre Sunnite et Chiite a commencé depuis les débuts de l’islam. Il s’est poursuivi et il n’est pas prêt à s’arrêter « .
Ajoutant que  » ce soutien à l’Arabie Saoudite nous fait rentrer de pied ferme dans ce camps sunnite pro saoudien, mais aussi peut nous créer quelques difficultés notamment dans le sud du pays (la Casamance), lorsque l’on sait que, dans l’histoire récente de notre diplomatie, il y a eu l’affaire des armes iraniennes, le rôle que la Gambie à joué et les conséquences que cela a pu avoir dans le conflit casamançais « .

         Que diront les alliés de l’Iran en Afrique de l’Ouest ? Cette crainte est partagée par le Docteur Bacary qui affirme qu’ »on a pris une position diplomatique, il faut prendre les mesures sécuritaires adéquates pour que les répercussions en termes sécuritaires soient les plus minimales possibles, mais il faut que l’on soit sur nos gardes du moment que nous avons ouvertement soutenu l’Arabie Saoudite dans son combat dans le cadre d’un front sunnite contre le chiisme, nous nous mettons à dos l’Iran qui a d’autres alliés dans la sous-région, y compris la Gambie et d’autres pays », fait-il savoir.

         La guerre au Yémen prend déjà une propension inquiétante. Les rebelles occupaient hier la ville d’Aden avant de se retirer. L’alliance menée par Riyad envisagerait de lancer la manœuvre terrestre et serait en quête d’alliés. Beaucoup pensent que l’Arabie Saoudite courtise des Etats pour mettre à sa disposition des fantassins. Le Soudan est disposé à envoyer 6000 combattants, le Tchad et le Sénégal enverront-t-ils un contingent ?

         A suivre….

M.Kaloupeto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s