Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Le FMI a annoncé jeudi avoir achevé son plan d’allègement de dette d’environ 100 millions de dollars en faveur des trois pays africains frappés par l’épidémie d’Ebola : le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, jeudi 26 mars, avoir achevé son plan d’allègement de la dette du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée – les trois principaux pays touchés par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola – d’environ 100 millions de dollars. L’institution internationale a ainsi accordé un don de 29,8 millions de dollars à la Guinée, 29,1 millions de dollars à la Sierra Leone et 36,5 millions de dollars au Liberia.

>>>> Lire aussiEbola et l’Afrique, près de 40 ans d’épidémies 

Allègement de la dette

Le FMI souhaite alléger la dette de ces trois pays et leur permettre d’augmenter leurs dépenses en matière de santé publique. Ces fonds sont destinés à les aider à contrer l’épidémie d’Ebola qui a coûté la vie à plus de 10 000 personnes depuis son déclenchement début 2014.

L’organisation a créé, en février dernier, un mécanisme dédié aux « catastrophes de santé publique » lui permettant d’effacer environ un cinquième de la dette que lui doivent le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée.

« Le Fonds a désormais entièrement rempli ses obligations » en termes d’allègement de dette vis-à-vis de ces trois pays, a indiqué le porte-parole de l’institution, William Murray, lors d’une conférence de presse. “La crise d’Ebola n’est pas encore finie”, a-t-il également indiqué, précisant que l’institution financière ferait tout, « dans la limite de son mandat » pour enrayer l’épidémie.

Prêts à taux zéro

Parallèlement, le FMI a augmenté de 130 à 290 millions de dollars le montant total de prêts à taux zéro accordés aux trois pays touchés par l’épidémie dans le cadre de programmes d’assistance classiques et soumis à des réformes économiques.

Des mesures de quarantaine ont dû être de nouveau prises en Sierra Leone tandis que le Liberia vient de détecter son premier cas d’infection en un mois.

Le FMI avait été récemment critiqué par des ONG et des chercheurs pour avoir imposé des cures d’austérité dans les années 1980-1990 en Afrique de l’Ouest ayant mené à un affaiblissement des systèmes de santé publique au risque de faciliter la propagation d’épidémies comme Ebola.

Jeune Afrique Economie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s