Centrafrique-Cameroun : Libération des otages kidnappés à Garoua-Boulaï.

Auto-défenseDes hommes armés venus de la Centrafrique ont été tués par les habitants de la ville camerounaise de Garoua-Boulaï (Est) alors qu’ils tentaient de s’enfuir avec des otages, a appris Anadolu, lundi, de source officielle.

« Plus d’une dizaine d’hommes armés ont enlevé huit personnes près de Garoua-Boulaï. Alertées, les populations munies de machettes sont sorties comme un seul homme et ont empêché les ravisseurs de s’enfuir », explique à Anadolu Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la région de l’Est dans laquelle se trouve la ville de Garoua-Boulaï.

« Les huit personnes ont été libérées par les populations. Certains assaillants ont été tués. Deux d’entre eux ont été pris vivants et remis aux forces de sécurité », ajoute l’autorité administrative qui dit ne pas encore avoir de chiffres exacts sur le nombre de personnes tuées et qui précise que cet évènement a eu lieu dans la nuit de samedi dimanche. Des populations ont également été blessées au cours de cet affrontement.

Les autorités administratives et sécuritaires camerounaises affirment que pour l’instant on ne peut faire de lien entre cet enlèvement avorté et le précédent enlèvement qui a eu lieu il y a une dizaine de jours dans la même localité frontalière avec la République centrafricaine et au cours duquel 17 camerounais ont été enlevés et emmenés en Centrafrique.

« L’exploitation des deux preneurs d’otages permettra d’avoir une vue plus claire de la situation », indique une source sécuritaire à Anadolu.

Le précédent enlèvement n’a pas encore été revendiqué et on est sans nouvelles de ses otages parmi lesquels se trouvent un maire et quatre chefs traditionnels.

Toutefois, quelques habitants de Gbabio, le village dans lequel ce précédent enlèvement a eu lieu, sont actuellement interrogés. Le gouverneur de la région de l’Est a également appelé « toute la population à dénoncer tout acte suspect » et à « collaborer avec les forces de l’ordre ».

La Rédaction:Bravo pour cet exploit. La frontière centrafricano-camérounaise est devenue dangereuse par la présence des bandits qui y ont élus domicile. Ce corridor qui constitue l’axe de ravitaillement de la République Centrafricaine mérité une attention sécuritaire et nouis exhortons la communauté internationale de lever l’embargo sur l’Armée Centrafricaine afin qu’elle assiste la Minusca dans la sécurité du pays.

 http://www.aa.com.tr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s