Eugene Pehoua-Pelema galvanise les jeunes par ses souvenirs de 1987

YASSITOUNGOU 1987 2 YASSITOUNGOU 1987 3 YASSITOUNGOU 1987

 

 

 

 

 

 

Cette année 2015 est sensée être le retour des Bamaras du Gbazabangui sur une terre qui lui aura permis d’être consacré pour la deuxième fois de son histoire Championne d’Afrique de Basketball. Durant cette semaine, l’Équipe Nationale de Centrafrique est amenée à se battre pour gagner son ticket qui permettrait de fouler de nouveau cette terre de Tunisie qui permit à notre génération de remporter « YASSITOUNGOU 1987 ».

PRÉPARATION DE YASSITOUNGOU 87 A BANGUI
Tout a commencé un jour de fin octobre 87, nous avons commencé notre préparation dans des conditions très difficiles car souvent les gens oublient que nous n’avions pas tout à cette époque. Nous étions loin de l’organisationnel qui permit à nos ainés de remporter Yassitoungou 74. Comme aujourd’hui, nous recevions le budget de préparation était en retard et c’est à crédit que nous commençâmes notre préparation.

Nous étions logés au C.P.J, à la merci des moustiques en dépit des moustiquaires qui n’étaient pas toujours en bonne condition. Nous mangions ce que l’on nous donnait, que cela soit un plat riz, de manioc ou de mangbéré servi avec la sauce du jour. Ce n’était certainement pas des repas pour sportifs que nous étions.

Nous nous entrainions au Centre Martin Ngoko sur du ciment avec tous les risques que cela pouvait engendrer: des blessures aux genoux, aux chevilles, des fractures ou encore des traumatismes de tous genres. Nous n’avions pas des bouteilles d’eau pour nous raffraichir, nous devions prendre le risque de boire l’eau du tuyau avec les risques de maladie de toutes sortes.

Nous n’avions pas de perdiems, nous n’avions pas d’Équipements d’entrainement comme aujourd’hui. Nous utilisions en grande partie notre propre matériel (Chaussures, maillots, shorts, chaussettes).
Mais nous avions tous une chose en commun, ce désir d’appartenir aux Bamaras du Gbazabangui, cette fierté de représenter le Centrafrique au prochain Championnat d’Afrique de Basketbbal à Tunis 87 (Tunisie). Et pour ce, nous nous donnions à fond à chaque séance d’entrainement car la compétition entre nous était rude. Figurer parmi les 12 représentants de la Nation était notre premier objectif.

Au fil des jours, nous avons aiguiser notre technique, nos stratégies qui faisaient de nous une nation du Basketball en Afrique craint de toutes les autres. La dernière semaine avant de s’envoler pour Vichy (France), notre logistique a connu de nombreux problèmes. Le jour du dernier match test, notre Équipe n’avait pas de quoi à manger au C.P.J. Le défunt Président Zarambaud se résigna à tuer un de ses cabris que nous mangeâmes avec du manioc, du riz et du mangbéré. Nous nous envolèrent ensuite pour la France pour une adaptation et un petit stage d’une semaine.

PRÉPARATION DE YASSITOUNGOU 87 A VICHY
A Vichy, nous fumes rejoints par nos coéquipiers qui venaient du Canada (C Gombé) et des USA (F Goporo, B Kongawoin). F Noueyama qui était en Cote D’Ivoire nous avait rejoints à Bangui avant notre depart et A Lavodrama qui jouait en Espagne nous avait rejoints à Tunis quant à lui.

La préparation a continué dans une ambiance très professionnelle et très décisive. Nous continuâmes à nous concentrer sur nos objectifs: la conquête de Yassitoungou. Après une semaine de préparation, nous quittâmes la France pour Tunis.

COMPÉTITION ET CONSÉCRATION DE YASSITOUNGOU 87
A cette Époque nous n’avions que 2 jeux de maillots (1 Blanc, 1 bleu) et un jeu de survêtement qui étaient des échantillons offerts par Adidas. Nos équipements étaient très modestes, je me rappelle encore que nos numéros floqués se décollaient au fur et à mesure que la compétition avançait. Nos frais de mission n’étaient que de 200.000FCFA

Dans notre poule, nous n’avions que des ténors du basket africain. Tous (Égypte, Sénégal, Cote D’Ivoire) à l’exception de l’Algérie avait au moins déjà remporté 2 Yassitoungou. Sans trembler, nous avons dominé le tour préliminaire en battant à tour de rôle chacun de nos adversaires pour nous qualifier pour la demi-finale contre le Mali.

A cette Époque, il n’y avait pas de quart de finale. Si vous n’étiez pas parmi les 2 premiers, c’en était fini pour vous. Après nos échecs d’Alexandrie 83 (Égypte) et surtout d’Abidjan 85 (Cote D’Ivoire), les joueurs que nous étions, avions appris les leçons de nos erreurs de ces 2 campagnes. Ce fût après un match à vous couper le souffle que nous battirent le Mali (74-73). Le 27 décembre 1987, nous disposèrent de l’Égypte sur la marque de 94 à 87 pour remporter Yassitoungou 87.

Ce fût une joie indescriptible. Quelle fierté nous l’avons ressentie lorsque la Renaissance a retenti. Ce fût l’apothéose de nos carrières. Nous étions qualifiés pour les Jeux Olympiques de Séoul 88.

RETOUR A BANGUI AVEC YASSITOUNGOU 87
Notre arrivée à Bangui était tout simplement fantasmagorique. Tous les habitants de la Nation nous attendaient ce soir du 29 décembre 1987. En pleine nuit, la population centrafricaine s’était amassé le long de la route. Nous étions accueillis avec tous les honneurs; nous étions traités avec tous les égards du monde.

Dés l’aéroport, nous eûmes droits à un bain de foule pour ensuite arriver dans un Stabe Boganda archicomble et pourtant il était 23h00 à Bangui. Nous fûmes présentés au public qui nous rendit honneur ce soir là. Nous sommes rentrés ensuite chez nous pour nous reposer car la fête continuait le lendemain matin.

DÉCORATIONS ET HONNEURS APRES YASSITOUNGOU 87
Très tôt le matin, nous étions récupérés à nos domiciles pour prendre le petit déjeuner chez certains officiels de l’époque, pour ensuite aller sur la place du défilé à l’Avenue des martyrs. Le Chef de l’État (Feu Président André Kolingba) nous décorèrent de l’Ordre du Mérite Centrafricain et nous remirent à chacun d’entre nous, une enveloppe de 1 million de FCFA.

Nous fîmes ensuite une grande tournée de la Ville de Bangui pour présenter le trophée dans toute la ville de Bangui. Nous effectuâmes plus tard un voyage à Berbérati offert par les commerçants de l’Époque. Une quête nationale fût aussi organisée et nous fut offert pour la circonstance

TOURNOI ZONE IV POUR REPARTIR A TUNIS (TERRE DE YASSITOUNGOU 87) 

A l’heure où j’écris cette rétrospective de Yassitoungou 87, de jeunes Bamaras du Gbazabangui sont à Libreville pour défendre nos couleurs dans un tournoi éliminatoire pour l’Afrobasket 2015. Comme vous pouvez l’imaginer, le Peuple Centrafricain s’attend à un miracle de votre part une fois de plus quand on considère comment vous avez pu faire ce déplacement de Libreville.

Vous avez la lourde tâche de laver l’affront d’Abidjan 2013 et de vous qualifier pour Tunis 2015. Certes vous avez perdu votre premier match contre le Gabon, mais oubliez ce match très rapidement tout en corrigeant les erreurs. Rappelez-vous de ce que notre génération a surmonté comme déficit de tous genres pour remporter Yassitoungou.

Comme vous, nous n’avions pas eu les meilleures conditions de préparations, nous n’avions pas eu beaucoup d’argent mais nous y sommes arrivés par la determination qui nous animait. Loin de moi l’intention de minimiser ces obstacles mais rappelez-vous que votre Pays est en Guerre et que de nombreuses personnes souffrent énormément en ce moment. Pour eux, transcendez-vous et faites du mieux que vous pouvez. Ne vous découragez point.

A BAMARA, TI GBAZABANGUI. A BAMARA, TI GBAZABANGUI.

La rédaction de lavoixdelacentrafrique.wordpress.com remercie l’ancien Fauve Eugene Pehoua-Pelema pour ce rappel de mémoire. Nous exhortons les anciennes gloires d’agir pour la renaissance du basket centrafricain. Les jeunes Bamaras ont bésoin de vos expériences et conseils. Courage aux Fauves pour le rendez-vous de Tunis 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s