Bangui : Polémiques autour de la création des kermesses de fin d’année

KERMESSBangui, 27 novembre 2014 (RJDH)—La création des kermesses pour la fin de cette année crée des inquiétudes et des frustrations de la part des organisateurs, suite à la déclaration de la présidente de la délégation spéciale de la ville de Bangui qui dit n’avoir pas autorisé ces manifestations à cause de l’insécurité. Les organisateurs de la kermesse du stade Bonga-Bonga ont confié avoir reçu l’autorisation de la Maire de Bangui alors que ceux du Marabéna brandissent l’autorisation du ministère des arts et de la culture.

La présidente de la délégation spéciale de la ville de Bangui, Jacinthe Wodobode a déclaré lors de la conférence de presse qu’elle a donnée lundi 24 novembre que son institution n’avait pas autorisé l’organisation des kermesses de fin d’année à causse de l’insécurité dans la ville.

«Je n’ai pas autorisé les kermesses compte tenue de l’insécurité, même si elles devraient contribuer à détendre un peu l’atmosphère surtout au niveau des jeunes. Un des organisateurs à savoir Gbadora est venu me voir sur ce sujet. Je l’ai demandé est-ce qu’il est capable d’assurer la sécurité des gens sachant bien que des grenades se baladent partout ? Donc, je n’ai pas autorisé les kermesses », a déclaré Jacinthe Wodobode.

Contactés par le RJDH, Bienvenu Paradis Gbadora, responsable  de la kermesse du stade Bonga-Bonga, situé dans le 1er arrondissement de Bangui a refusé tout commentaire.

Un membre du comité a pourtant confié au RJDH qu’une autorisation officielle a été accordée pour cette manifestation. Dans cette note d’autorisation signée de la présidente de la délégation spéciale de la ville de Bangui, il est indiqué que « la foire kermesse de la cohésion nationale est autorisée du 21 novembre au 3 janvier 2015 au stade Bonga-Bonga, soit pendant 45 jours ». Cette note porte le N°289 du 24 septembre 2014.

Par ailleurs, cette autorisation confie la responsabilité de l’hygiène et de sécurité aux organisateurs. «  …l’amicale prendra toutes les dispositions  techniques d’hygiène et de sécurité qui s’imposent pour la sécurité de ce site de manifestation.  J’autorise par la présente, l’amical des artistes centrafricains représenté par Bienvenu Paradis Gbadora…. », Précise la note d’autorisation.

Selon les informations du RJDH reçues d’une source de la Mairie de Bangui,  les organisateurs de la kermesse du stade Bonga-Bonga auraient déjà versé 600.000 FCFA et devraient payer la solde de 600.000 FCFA une fois la kermesse lancée.

La kermesse de Marabéna sous couvert du ministère des arts et de la culture

Jean-Pierre Souroungba, premier conseiller du comité d’organisation de la kermesse de Marabéna a reconnu n’avoir pas l’autorisation de la Mairie de Bangui. Mais, cette kermesse est autorisée par le ministère des arts et de la culture.

« Depuis 10 ans, j’organise chaque année ces manifestations sous l’autorisation du ministère des arts et de la culture. Nous avions obtenu l’autorisation l’année passée mais elle est terminée en catastrophe suite à l’entrée des Anti-Balaka dans la capitale. Cette année, j’ai négocié la réduction des frais et j’ai commencé à m’installer depuis un mois », a-t-il expliqué.

Une source du ministère des arts et culture a indiqué que l’autorisation officielle, par écrit, serait au bureau du ministre pour signature.

Jean-Pierre Souroungba a aussi présenté l’intérêt de cette manifestation. « Nous pensons que cette manifestation est l’expression du retour de la sécurité dans la capitale.  Tous ceux qui ne veulent pas de ces manifestations culturelles ne sont pas favorables au retour de la paix », a-t-il déclaré.

Des dispositions sécuritaires déjà prises ?

Selon les commentaires faits par les organisateurs de ces deux kermesses, des dispositions sécuritaires sont déjà prises par les forces de sécurité et les forces internationales pour la sécurisation des kermesses dédiées à la cohésion sociale.

« Nous avons pris des dispositions sécuritaires internes et avons aussi contacté les forces en présence. Il nous reste quelques formalités à remplir pour que des soldats soient déployés sur place », a noté un organisateur qui s’est présenté comme responsable des questions de sécurité.

« Nous voulons dire que l’insécurité est créée dans l’esprit des hommes. Chacun est capable de braver l’insécurité afin de créer des conditions d’une stabilité. Nous sommes convaincus de la sécurité sinon, les autorités et les forces internationales se contrediraient en déclarant que la stabilité est revenue dans la capitale », a déclaré au RJDH un commerçant qui occupe un stand au stade Bonga-Bonga.

C’est depuis près d’un mois que les organisateurs des kermesses ont démarré les installations. Pour cette année, deux grandes kermesses sont ouvertes contrairement aux années précédentes où plus de cinq sont créées chaque fin d’année. Les activités officielles de ces kermesses seront lancées avant le 1er décembre.

RJDH

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s