Burkina Faso – La rue verrouille la modification constitutionnelle

Manifestants à la Place de la Révolution

Manifestants à la Place de la Révolution

Le rêve du Président Blaise Compaoré de modifier la Constitution afin de briguer un troisième mandat a été brisé par un soulèvement populaire. Jeudi 30 octobre, un mouvement de rue a envahi les enceintes du Parlement et le vote a été annulé. L’Assemblé Nationale vandalisée et le siège de la Télé publique prise d’assaut. Revigorée, l’opposition a haussé le ton pour réclamer la démission du Chef de l’Etat alors que celui-ci tient à son fauteuil. La nuit n’a pas été douce pour le tombeur de Thomas Sankara après 27 ans de pouvoir.

         L’actualité ouagalaise s’est vite accélérée vendredi. B. Compaoré a finalement lâché prise au lendemain des émeutes dans la capitale. Dans un communiqué de la Présidence, le Chef d’Etat burkinabè annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l’organisation d’élections anticipées sous 60 à 90 jours.

         Jeune Afrique rapporte qu’une réunion regroupant le Président et ses collaborateurs s’est tenue au Palais de Kosyam. S. Appolinaire Ouattara, le président de l’Assemblée nationale, était présent. En vertu de l’article 43 de la Constitution, il devrait diriger la transition jusqu’aux élections à venir. C’est plutôt le Chef d’Etat-Major des Armées, le Général Honoré Traoré qui aura les rênes du pouvoir. « Conformément aux dispositions constitutionnelles, constatant la vacance du pouvoir ainsi créée, considérant l’urgence de sauvegarder la vie de la Nation (…), j’assumerai à compter de ce jour mes responsabilités de chef de l’État « , a déclaré le nouvel homme fort.

 Quand l’histoire se répète.

         Le Burkina Faso n’est pas à son premier soulèvement populaire. Déjà en 1966, les Voltaïques  s’étaient mobilisés contre les mesures d’austérités prises par son premier Président M. Yaméogo. Aussi, à la même place, T.Sankara proclama en 1983 la Révolution. C’est à cette place dite de la Nation et rebaptisée Place de la Révolution que les Hommes Intègres se sont mobilisés des jours pour stopper le règne de B. Compaoré. Est-ce le début du printemps subsaharien ? S’interroge le journaliste R.Fenelon qui souligne qu’ « il sied de noter que ce dernier vient de prendre la bonne décision. On aurait pu éviter une telle situation. Nous espérons que cette situation va inspirer tous les chefs d’état qui veulent se maintenir au pouvoir. Vox populis vox Dei. C’est la fin du premier feuilleton ».

 Le Général Honoré Traoré ne rassure pas les manifestants.

         La démission de Compaoré a donné lieu à une joie exubérante à Ouaga accompagnée de vandalisme. Une image propre à la fin de toute dictature. Malheureusement que cette liesse a laissé place à une inquiétude. Les contestataires regroupés vendredi devant l’Etat-Major pour solliciter l’aide de l’Armée étaient plutôt favorables au Général à la retraite Kouamé Lougué qui bénéficie d’une bonne réputation au sein de la population, que Honoré Traoré jugé proche du Palais de Kosyam.

         La France partenaire-clé du Burkina est montée au créneau pour rappeler le problème de la légitimité du nouvel homme fort du pays. Si le Conseil constitutionnel confirme le Général Traoré, il s’agirait d’un «coup d’État» qui entraînerait une «mécanique de sanctions», rappelle une source diplomatique française. Antérieurement, dans un communiqué, l’Élysée avait salué la démission de Blaise Compoaré.

         Que cache la sortie intempestive du Général H.Traoré ? Les prochaines pages de l’histoire politique du Burkina nous dirons plus. L’on espère que les Hommes Intègres auront allumé la flamme du Printemps Subsaharien pour débarrasser le continent Noir de ses Présidents inamovibles, adeptes du tripatouillage Constitutionnel.

Fleury-Venance Agou

Fleury-Venance Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s