Centrafrique : Le Premier Ministre appelle au désarmement de l’esprit et des cœurs.

           Mahamat-KamounAprès sa nomination diversement commentée et sa prise de fonction de Premier Ministre, le nouveau locataire de la Maison Petroca, M. Kamoun a imploré vendredi 15 août  sur BBC Afrique ses compatriotes à la réconciliation pour le retour de la paix en Centrafrique. « Les partenaires multidimensionnels de la RCA font de leur mieux, essayent de nous aider afin de réconcilier les centrafricains. Mais c’est surtout les centrafricains. Il faut procéder au désarmement, et par désarmement, il entendre désarmement d’esprit et de cœurs. Et ça c’est une tache qui revient en priorité aux centrafricains » a exhorté le premier Ministre. En réponse au boycott prôné par l’ex-Séléka pour la formation du gouvernement, M. Kamoun a encouragé ses anciens amis à revenir au bon sentiment.  « Ce qui est sûr, nous sommes en pourparlers et nous tendons la main à tout le monde, notamment à l’ex-Séléka pour pouvoir obtenir leurs propositions, les hommes et les femmes qui seront appelés à siéger dans ce gouvernement ».

           Optimiste sur la sortie de crise en Centrafrique, M. Kamoun met en avant le consensus pourtant fragile de Brazzaville, comme fondement de réussite de sa mission et aussi sur la communauté internationale pour son appui multidimensionnel.  » Vous savez les pourparlers de Brazza a permis aux uns et aux autres, aux centrafricains, notamment aux différents groupes armés, ex-Séléka et anti-Balaka de se mettre d’accord », a déclaré le Premier Ministre.

            A écouter le patron de la Primature, l’excellence et la compétence sont de prime dans le choix des membres du gouvernement en gestation qui accordera une large place à la parité hommes-femmes.  » Naturellement, nous n’allons pas avoir 50% Hommes et 50% Femmes. Mais au moins, il y aura une représentation significative des femmes, du reste, la compétence et l’expérience dont a besoin le peuple centrafricain pour sortir notre pays de cette situation ».

           Les tractations pour la formation du Gouvernement d’Union Nationale se poursuivent, sinon émaillés de fortes divergences. Ajouté à l’intransigeance de l’ex-Séléka, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) appelle à la suspension des consultations pour la formation du nouveau gouvernement de transition. Les quatre partis de la plate-forme politique, estiment nécessaire l’accord des différentes parties avant la constitution du prochain exécutif. Son nouveau porte-parole, Martin Ziguélé, a déclaré qu’« un Premier Ministre avait été nommé. Maintenant, il faut mettre en place un gouvernement d’union nationale. Nous tenons  à ce que cela se fasse conformément à l’esprit de consensus qui doit prévaloir pendant toute période de transition. Il faut que les forces principales, sociales, politiques soient représentées dans ce gouvernement d’union nationale de transition pour que cela ait  le caractère d’un véritable gouvernement d’union nationale », a-t-il expliqué.

           Décidément, le nouveau chef du gouvernement a du pain sur la planche pour bâtir son équipe gouvernementale, notent beaucoup d’observateurs à Bangui. Lui-même a reconnu que son premier défi est la constitution du gouvernement. L’ex-Séléka mettra-t-elle de l’eau dans son verre ? S’agira-t-il d’un énième partage de gâteaux ? Devant toutes ces tergiversations, le centrafricain réclame « l’Homme qu’il faut, à la place qu’il faut » pour que sa souffrance cesse.

 

Fleury-Venance Agou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s